Discipline positive

S’il est très important de discipliner un enfant, c’est probablement l’un des rôles les plus difficiles à assumer par un parent. Appliquées efficacement, les mesures disciplinaires servent à ancrer l’autodiscipline pour la vie. La discipline efficace et positive enseigne des leçons aux enfants et leur sert de guide; elle ne les contraint pas et ne leur fait pas peur.

Les punitions corporelles peuvent avoir un effet immédiat, mais nous croyons qu’il existe de meilleures façons d’enseigner aux enfants.

Comment puis‑je enseigner à mon enfant à bien se comporter?

Soyez prêt à y mettre des efforts. Souvent, les enfants se conduisent mal pour voir quelles sont vos limites et apprendre quelle sorte de comportement vous tolérez. Soyez patient; parlez à votre enfant et soyez à son écoute.

Le rôle de parent peut être stressant parfois, mais vous aurez plus de facilité à faire face à une situation si vous prenez soin de vous.

Dès que vous vous rendez compte que la colère monte, cessez ce que vous faites et essayez de vous calmer. Prenez une grande respiration pour vous aider à vous maîtriser. Appliquez une serviette mouillée sur votre visage ou téléphonez à un ami pour obtenir du soutien. Si vous le pouvez, trouvez une personne fiable pour garder les enfants quelques minutes et sortez faire une promenade à pied.

Après vous être calmé, réfléchissez à ce qui vous a mis en colère. Pourquoi votre enfant se comporte‑t‑il mal? Y a‑t‑il quelque chose que vous pouvez faire pour empêcher cette situation de se reproduire? Pensez à des façons de réduire le stress sur vous et votre enfant.

Quand vous avez des problèmes que vous ne pouvez pas régler seul, il est acceptable de demander de l’aide. Parlez à d’autres parents et spécialistes de la garde d’enfants de votre collectivité. Si votre enfant s’emporte violemment, met le feu à quelque chose, blesse un animal domestique et commet des vols, c’est le signe qu’il y a un problème. Demandez l’aide d’un expert pour régler ces problèmes avant qu’ils ne s’aggravent.

Encouragez les bons comportements. Mais essayez d’abord de prévenir les mauvais comportements.

Pour commencer

Faites de votre maison un endroit sécuritaire où votre enfant peut jouer et explorer. Ne laissez pas votre enfant devenir trop affamé ou trop fatigué ou s’ennuyer à mourir. Établissez des limites claires pour ce qui est du comportement de votre enfant et quelques règles justes et simples. Concentrez‑vous sur la sécurité. Les règles devraient permettre aux enfants d’explorer et d’apprendre en toute sécurité.

Communiquer

Assurez‑vous que votre enfant comprend vos attentes. Expliquez‑lui la raison de la règle s’il est assez vieux pour comprendre. Soyez positif et mettez l’accent sur ce qu’il faut faire plutôt que sur ce qu’il ne faut pas faire. La taquinerie, les injures et les insultes peuvent blesser autant que les coups; ne comparez pas négativement votre enfant aux autres enfants.

Donnez à votre enfant le temps de réagir. Les enfants n’aiment pas cesser de faire quelque chose qu’ils aiment. Donnez‑lui la chance de se préparer à un changement. Par exemple, essayez de dire « dans cinq minutes, tu fermes la télévision et tu commences tes devoirs. »

Complimentez et encouragez votre enfant quand il se comporte bien. Essayez de dire : « J’aime ça quand tu aides ta petite soeur ». Montrez que vous approuvez ce comportement en le prenant dans vos bras et par des bisous et des sourires. Assurez‑vous que vous portez plus attention à un bon comportement qu’à un mauvais comportement.

Donnez le bon exemple et appliquez ce que vos enseignez. Il est illogique de frapper un enfant parce qu’il a frappé quelqu’un.

Fermez les yeux sur les choses sans importance; apprenez à vivre avec un peu de bruit, de désordre et les comportements qui cherchent à attirer l’attention. N’oubliez pas, faire des erreurs, ça arrive.

Avec les bébés

Ne secouez jamais ou ne lancez jamais un bébé dans les airs, même en jouant. Les bébés ont le cou fragile. Secouer un bébé peut causer des dommages au cerveau ou la mort.

Répondez aux pleurs de votre bébé. Un bébé pleure pour communiquer ses besoins, qu’il s’agisse de nourriture, de confort ou d’une couche propre.

Créer une routine quotidienne gravitant autour de l’alimentation, du sommeil et du jeu pour aider votre bébé à se sentir en sécurité.

Manifestez à votre bébé l’amour et l’affection que vous lui portez : faites‑lui des câlins, parlez‑lui et fredonnez‑lui des chansons. Les bébés sont trop jeunes pour comprendre les limites et les règles.

Avec les enfants d’un ou deux ans

Les jeunes enfants ont la mémoire courte : rappelez‑leur gentiment les règles pour les aider à apprendre.

Si votre enfant ne se maîtrise plus, approchez‑vous de lui et prenez‑le dans vos bras. (C’est aussi une bonne façon de réagir si votre enfant frappe, mord ou donne des coups de pied.) Si nécessaire, tenez‑le doucement, mais avec suffisamment de force pour l’empêcher de se blesser.

Si votre enfant se met encore plus en colère parce que vous le tenez dans vos bras, lâchez‑le, restez calme et attendez qu’il se calme. C’est peut‑être difficile à faire, mais cette méthode fonctionne souvent. Les accès de colère font peur aux enfants. Soyez prêt à réconforter votre enfant quand la colère tourne en larmes.

Avec les enfants de deux ou trois ans

Si votre enfant ne peut pas résoudre un problème et qu’il est frustré, essayez une activité différente. Par exemple, s’il est agité, emmenez‑le pratiquer une activité physique à l’extérieur.

Laissez l’enfant subir les conséquences de ses actes si c’est sécuritaire. Par exemple, dites‑lui que vous mettrez son jeu de construction de côté s’il ne peut pas jouer sans lancer les blocs. S’il continue, donnez suite à votre avertissement et rangez le jeu. S’il fait quelque chose de dangereux, mettez immédiatement l’enfant hors de danger; vous pouvez expliquer les conséquences plus tard.

Quand il refuse de suivre les règles, marquez un « temps d’arrêt » en retirant l’enfant d’une situation. Cette mesure peut se révéler efficace avec les enfants de 2 à 12 ans. Amenez votre enfant dans un endroit tranquille et sécuritaire où il peut se calmer et retrouver le contrôle de lui‑même.

Expliquez‑lui que vous marquez un temps d’arrêt à cause de sa mauvaise conduite. Ne discutez pas pour l’instant. Quand votre enfant se sent prêt à recommencer à jouer (ou quand cinq minutes ont passé), ramenez l’enfant au jeu. Complimentez l’enfant dès que vous observez son premier comportement acceptable après le temps d’arrêt.

Avec les enfants plus vieux

Résoudre des problèmes et faire des choix aide à préparer l’enfant à l’adolescence. Offrez-lui des choix. Vous l’aiderez ainsi à prendre des décisions. Proposez-lui des choix simples, mais sans menacer. Par exemple, dites : « Tu peux laver la vaisselle ou la sécher. Tu décides. »

Enseignez à votre enfant à résoudre un problème. Aidez‑le à définir le problème. Posez‑lui des questions comme « Qu’est‑ce qui arriverait si tu essayais de…? » Ensemble, réfléchissez à des solutions. Choisissez la meilleure. Après, parlez de ce qui a fonctionné et de ce que vous pourriez essayer de faire la prochaine fois.

Résolvez les problèmes ensemble. À l’approche de l’adolescence, les enfants ont toujours besoin de limites claires, mais les parents devraient être disposés à négocier un peu. Quand les enfants commencent à penser par eux‑mêmes, leur insolence peut vous mettre en colère. Cependant, pour continuer à communiquer avec des enfants plus vieux, vous devez écouter davantage et donner plus d’explications. Efforcez‑vous de résoudre les problèmes avec eux.

Extrait du dépliant Discipline without Hurting publié par la Ligue pour le bien-être de l’enfance du Canada.